Pastel N’DAMVU TSIKU-PEZO -RESERVE

Pastel N’DAMVU TSIKU-PEZO 1996

Description

Pastel de « n’damvu tsiku-pezo » daté 1996, signé et encadré sous vitre.
déchirures légères en bas à gauche et en haut du pastel cfr photos.

Mesures:
hauteur: 125 cm
Longueur: 94cm
650€

N’DAMVU TSIKU-PEZO

est né le 10 février 1939, à Boma dans le Bas-Zaïre (actuel RDC). Son père était grand batteur de tam-tam et sa mère la fille d’un chef. Dès ses études primaires il se révèle très bon dessinateur. Il s’oriente, en 1953, vers l’Académie des beaux arts de Kinshasa où il poursuit sept ans de formation en peinture. En 1960, il est engagé comme enseignant dans cette même académie.

En 1962, il bénéficie d’une bourse d’études et part étudier la fresque monumentale aux Beaux-arts de Bruxelles. Au terme de quatre années il revient au pays et fut remarqué par les responsables de son pays. Il participe au premier Festival mondial des arts nègres à Dakar en 1966, à l’exposition universelle de Montréal en 1967. Il exposera ensuite à Liège (73) puis à Lausanne (74), à Paris (75), à Los Angeles (77), aux foires de Bâle, de Bruxelles et de Paris (78). Sa production abondante et remarquable a fait de lui sans conteste un des plus doués des peintre congolais de la période «zaïroise». Son étonnante virtuosité le désigne d’emblée comme le peintre favori des monuments publics. On retrouve ses imposantes fresques et céramiques murales à la cité du Parti à N’sele, au mont Ngaliema, à la Banque du Zaïre, à la Cour suprême de justice, etc…

Une place de choix est réservée à la femme dans ses expressions plastiques de femme-épouse, femme-mère, femme-éros, femme-destin. Avant-gardiste de la première heure, N’DAMVU a milité un temps au sein du Grand Atelier où avec Liyolo, Mavinga, Lema, Mokengo et Tamba, ils défendaient le message «de l’authenticité zaïroise» de la période Mobutu .

 

 

Vous devriez apprécier également….